Les plages de l’Île de Ré

Des plages à vivre en toutes saisons

 

Qu’il paraît loin le temps où les rétais tournaient  le dos à la mer ! Il est vrai qu’autrefois, l’Ile de Ré ne devait pas seulement affronter les tempêtes hivernales mais aussi la menace récurrente d’invasions ennemies. Et de fait,  les rétais vivaient éloignés des plages, au moins les villages n’ayant pas de port, soit la majorité d’entre eux. Tournés vers l’intérieur et leurs cultures, les rétais sont avant tout terriens.

Pour toutes les envies…

A la fin du XIXème siècle, tout change avec l’avènement du tourisme. Avec ses 100 kilomètres de côtes et ses longues plages blondes bordées de dunes, l’Ile de Ré a un bel avenir devant elle.

Elles font aujourd’hui le bonheur de tous : des adeptes du farniente à ceux qui les font rimer avec surf ou paddle, des concours de châteaux de sable aux lancers de cerfs-volants et de la pêche à pied au cours de voile,  les plages rétaises sont les complices des vacances mais aussi des longues promenades quand la saison des maillots de bain est révolue.

Animées et familiales au Sud

A peine posé le pied sur le sol îlien, elles sont déjà là, les plages, celles de Rivedoux qui s’étendent des deux côtés du pont. Par l’itinéraire Sud, la Côte sauvage de Sainte-Marie est très appréciée des surfeurs comme des pêcheurs à pied. Si les plages de l’Arnerault à La Flotte et de La Cible à Saint-Martin sont des plages de villages domestiquées, les huit plages se succédant sur 12 kilomètres du Bois-Plage à La Couarde sont parmi les plus appréciées. Du Gros Jonc au Peu Ragot, elles se nomment Pas des Boeufs, Gollandières, Petit-Sergent, Aneries, Peu des Hommes…. Et certaines d’entre elles, dûment surveillées en haute saison, proposent écoles de voile ou clubs pour enfant, de quoi faire plaisir à tout le monde.

Au nord, la beauté sauvage

C’est sans doute là-bas que l’Ile de Ré exprime le mieux sa personnalité : naturelle avant toute chose. Les plages du Nord irradient de leur beauté sauvage. Jusqu’au village des Portes, le Phare des Baleines contemple inlassablement la Conche des Baleines qui semble sans limites,  où le réalisateur américain Zanuck tourna des scènes du débarquement pour le célèbre film « Le jour le plus long ».

Plus loin encore, tout au bout du côté du golf, se cache l’un des plus beaux sites du territoire : la Patache, le Banc du Bûcheron et Trousse-Chemise, criques enserrées entre l’océan et les pins, où l’air a un parfum de bout du monde…